20.7.16

Lorsque se brise l'amitié



Je souhaite aborder avec vous à travers ce post un sujet qui me tenait à cœur pour l'avoir vécu : la rupture amicale. Si vous suivez l'univers des youtubeuses ou si vous en faites vous-même partie vous n'avez pas pu passer à côté de la séparation amicale de Caroline et Safia de la chaîne éponyme il y a maintenant quelques mois. Et je suis sûre ne pas avoir été la seule à y voir un parallèle frappant avec une rupture amoureuse conventionnelle et avec tout ce que cela implique en lot de déni, de larmes,  de colère, d'accusations, d'agissements irréfléchis et j'en passe. Car après tout, tout comme pour un couple nous avions là deux personnes qui s'aimaient beaucoup, qui partageaient leur quotidien et qui ont même vécu ensemble, donc finalement deux personnes qui formaient un couple à leur façon. Elles formaient un duo de choc et ne faisaient quasiment rien l'une sans l'autre donc j'oserais même parler ici de relation fusionnelle. 


Cette situation là je l'ai vécue il y a de cela quelques années maintenant. Bien entendu cela s'est déroulé différement pour moi et bien heureusement loin de tout média. J'ai eu une meilleure amie durant une bonne partie de mon enfance jusqu'à mon entrée dans l'age adulte. On s'était rencontrées un jour dans la cour de récré de l'école primaire et dès lors on ne s'était plus lâchées jusqu'à la fin de nos études secondaires. Nous habitions dans la même rue et je la revois encore m'attendre devant l'entrée de son hall d'immeuble le matin pour finir le chemin ensemble jusqu'à l'école.

Nous faisions tout ensemble, de nos devoirs en passant par nos parties de Nintendo DS et l'écoutage en boucle des CDs de Laurie, notre superstar de l'époque (on ne juge pas hein) ; et à peine étions nous séparées que nous nous jetions toutes deux sur l'ordinateur familial direction MSN Messenger pour continuer à nous parler. Plus tard, les SMS ont progressivement remplacé les discussions MSN et notre loisir favori lorsqu'on était ensemble était devenu le marathon de nos séries préférées (évidemment les mêmes). Je passais alors le plus clair de mon temps libre chez elle. On se considérait véritablement comme des sœurs de cœur.

Nous avons grandit et nous sommes entrées au collège, le même encore une fois. Cette fois-ci nous étions dans des classes différentes mais bien loin de nous éloigner je crois que cette situation n'a fait que nous rapprocher davantage. Nous n'en aimions que plus le temps restreint passé ensemble et nous avions même notre point de ralliement pour nous retrouver à toutes les récrés. Bien entendu nous nous sommes fait de nouveaux amis chacune de notre côté à cette période là mais elle restait toujours celle que je désignais d'emblée comme ma meilleure amie et vice versa. Nous découvrions les joies de la puberté ensemble avec ses changements physiques, ses aléas émotionnels et ses crushs pour le grand brun de la 3eB. Nous avons tout de même passé l'année de 3e dans la même classe à notre grande joie et, le temps d'une année scolaire nous étions redevenues aussi inséparables que les deux hémisphères d'un même cerveau (très poétique tout ça je sais). 



Puis ce fût l'arrivée au lycée. Pour la première fois de notre vie nous n'étions pas dans le même établissement et même pas dans la même ville. Le choc. Nous y étions préparées, nous en avions parlé ensemble bien évidemment mais cette année de seconde fut tout de même rude émotionnellement parlant. Pour la première fois de ma vie je me retrouvais dans un établissement où je ne connaissais absolument personne, assez loin de chez moi et où je n'avais même plus la possibilité de retrouver ma meilleure amie à la récré. Cette année là j'ai commencé à aller de plus en plus mal. J'ai passé là-bas la pire année de ma scolarité et je pense que l'éloignement d'elle et de mes autres amies y était pour beaucoup dans mon mal être en plus de mon incapacité à nouer des liens avec mes nouveaux camarades (comme je l'évoquait déjà dans cet article).

Finalement l'année suivante j'ai changé d'établissement pour mon lycée de secteur où je l'ai retrouvée. Nous nous retrouvions de nouveau à la récré et après les cours et mon moral remontait en flèche (ainsi que mes notes). Malheureusement, bientôt ce fût à son tour de sombrer dans la dépression, la vraie cette fois, et je crois que c'est à partir de ce moment là que tout a commencé à changer entre nous.

Elle n'allait pas bien, je le savais, je le voyais et pourtant j'étais incapable de faire quoi que ce soit. Alors j'ai pris mes distances, tout simplement parce que je savais que je n'aurais pas la force nécessaire pour l'épauler étant moi-même très fragile de mon côté et aussi parce que j'espérais secrètement qu'elle allait un jour aller mieux et qu'alors tout redeviendrait comme avant. Je crois que je lui en voulais un peu aussi dans le fond de ne pas être là pour moi elle non plus. 

Elle ne me l'a pas pardonné. Elle est devenue plus froide et distante de jour en jour jusqu'au jour où, désabusée, je lui ai dit que je ne pouvais pas être là pour elle car je devais d'abord penser à moi et à aller mieux avant de pouvoir faire quoi que ce soit pour elle, ce qui était vrai. Après tout, en cas de crash on doit d'abord enfiler son propre masque à oxygène avant de pouvoir secourir qui que ce soit, non ? Je pensais qu'elle comprendrais, ce ne fut pas le cas. Ce jour là elle ne m'a plus jamais adressé la parole. 



La rupture fut claire, nette et précise, telle une entaille  au scalpel 
chirurgical. Il n'y eut ni cris, ni larmes, juste le silence. J'ai bien essayé de revenir vers elle, de m'excuser de ne pas avoir été là mais mes messages sont toujours restés sans réponses. J'ai bien eu d'autres amies par la suite (et heureusement j'en ai toujours aujourd'hui) mais elle est restée ma seule et unique meilleure amie. Je ne sais pas si cela est lié à cette histoire, mais depuis elle j'ai beaucoup de mal à garder mes amies sur la durée, à garder le contact. J'ai laissé ainsi s'évanouir de nombreuses amitiés au fil du temps par faute de ne pas avoir su les entretenir.

Aujourd'hui je vais bien, mais son souvenir me hante encore par moments. Lorsqu'un événement important survient dans ma vie il m'arrive encore parfois de saisir mon téléphone afin de l’appeler et puis soudain, brusquement, je me souviens qu'elle n'est plus là. Dans ces moments là la réalité me rattrape, brutale et sur le coup je ne vous le cache pas, j'ai mal. Et puis ça finit par passer et la vie continue. Néanmoins je n'exagère rien en disant qu'il s'agit de la séparation la plus dure que j'ai eu à vivre jusqu'à présent, celle qui m'aura le plus marquée. 

On parle toujours de la rupture en général comme de celle du couple amoureux en oubliant souvent qu'il existe bien d'autres formes de ruptures tout aussi difficiles à vivre. La rupture amicale en fait partie pour ma part. On peut également songer à la rupture familiale, elle aussi plutôt courante et au deuil bien entendu, la plus difficile de toutes. Mais il en existe bien d'autres et avec chacune son lot de traumatismes ; je considère par exemple un licenciement ou un déménagement comme des formes de ruptures à part entière (et j'en oublie certainement bien d'autres).  


Pour en revenir à mon sujet, je crois que dans la vie chaque chose arrive pour une raison. Elle a été là pour moi toute mon enfance et puis un jour, nous avons grandi, nous avons changé ainsi que nos attentes respectives et nos chemins se sont séparés. Nous sommes devenues de jeunes adultes ensemble main dans la main et puis nous avons emprunté chacune une voie différente. Et malgré la dureté de cette épreuve je suis d'avis aujourd'hui que cela devait se passer ainsi et que si son mal être et ma maladresse ne nous avait pas séparées alors ça aurait sûrement été autre chose. Elle a été une véritable âme sœur pour moi au moment où j'en avais besoin et puis elle est partie et j'ai depuis rencontré d'autres âmes sœurs en chemin. 


Ainsi va la vie, je pense que chaque personne que nous croisons et chaque relation que nous tissons à un moment T est là pour une raison, pour nous faire grandir et nous faire apprendre. "Tout vient à point" comme on dit. Quoi qu'il arrive, une fois le chagrin et la douleur estompés on en ressort toujours mûrit et quoi qu'on puisse en penser sur le moment la vie finit toujours par reprendre son cours.


Et vous, avez-vous déjà vécu une rupture difficile ? 


6 commentaires:

  1. J'imagine un peu t'a douleur, moi j'ai jamais été dans le cas mais je te comprends un peu. Une rupture difficile euh pas vraiment non mais une relation difficile oui... est c'est vraiment affreux mais comme je le dit si quelque chose te fait du mal soit tu te sépare de là chose ou soit tu reste et tu te tais!!
    Bisous, ma belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, même si là c'est elle qui est partie j'ai bien dû reconnaître par la suite que plusieurs choses n'allaient plus entre nous, notre complicité s'était déjà évanouie bien avant qu'elle ne cesse de me parler donc je suppose qu'elle a juste prit une sage décision en s'en allant...

      Supprimer
  2. j'imagine ce que tu dois vivre puisque j'ai vécu une "rupture amicale" aussi et ça fait tout aussi mal
    des bisous
    Marine du blog Be Badass
    www.bebadass.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Courage à toi aussi Marine dans ce cas, bisous :)

      Supprimer
  3. Y a beaucoup de similitudes dans nos passés respectifs.
    J'avais moi aussi une meilleure amie rencontrée au collège. On était hyper souvent ensemble.
    Et puis au lycée, j'ai fait exprès de demander une dérogation pour ne pas aller dans mon lycée de secteur. On se voyait parfois dans le bus, on échangeait des sms, Facebook était notre allié. Mais ce n'était pu pareil.
    Jusqu'au jour, quelques années plus tard, où elle a eu des mots très durs envers moi et où j'ai décidé de la rayer définitivement de ma vie. Et finalement je m'en porte pas plus mal ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure toi que j'avais également demandé une dérogation pour aller dans ce lycée à Perpet-les-oies, choix que j'ai bien évidemment regretté et effectivement ça nous fait encore un point commun du coup ^^

      Supprimer

articles plus récents articles plus anciens Accueil