13.6.16

Orlando, j'ai le cœur lourd

ORLANDO ATTENTATS
(via)

Il y a deux jours, Orlando en Floride se réveillait avec la gueule de bois comme au sortir d'un mauvais rêve. J'imagine ses habitants hagards, ne comprenant pas ce qui leur arrive, je les imagine ressentant ce qu'ont pu ressentir les parisiens au lendemain du 13 novembre 2015. J'imagine tous ces morts, tous ces blessés, j'imagine leurs familles, leurs proches et tous ceux qui ne se relèveront jamais. J'imagine ceux qui devront vivre avec la peur collée à la peau. Et j'ai le cœur lourd. Oui, lourd de tous ces massacres, lourd de toutes ces personnes qui chaque jour perdent la vie ou l'envie de vivre pour des conflits qui ne sont pas les leurs. J'ai le cœur lourd de me sentir si impuissante face à ces horreurs. 


Certains accuseront la législation du port d'armes aux Etats-Unis et je pense qu'elle a bien entendu une grande part de responsabilités mais je ne viendrais pas ici m'épancher à propos d'un débat par trop délicat. Je pense que le nœud du problème ne réside pas là. Je pense que le nœud du problème réside dans le fait que des personnes aujourd'hui encore croient en leur âme et conscience qu'il est nécessaire de tuer, de massacrer pour faire entendre leurs idées. Que ces personnes à cause du sentiment de rejet qu'ils ressentent de la part de cette société se laissent endoctriner, se radicalisent et pensent que tout ce qu'ils considèrent comme mauvais doive être anéanti de manière si violente. Qu'ils pensent être dans le juste en agissant ainsi au point même de renoncer à leur propre vie en se figurant mourir en "héros". Qu'ils pensent se venger par ce biais d'une société qui ne leur correspond pas. Et je suis terrifiée. Terrifiée que des êtres humains puissent songer pour quelles que raisons que ce soit à éliminer leurs semblables de cette manière. 

Les mots viennent à me manquer, la confusion règne dans mon esprit et j'ai le sentiment que des éléments m'échappent encore, je m'arrêterais donc ici avec un dernier mot de soutient aux personnes touchées par cet attentat et j'aimerai leur dire de refouler leur rage et leurs envies de vengeance, j'aimerais leur dire à quel point j'espère que cet événement à défaut de pouvoir revenir en arrière engendrera le soutient, l'amour et la communion tout comme au lendemain du 13 novembre dernier. Un mot également à toutes les personnes de ce monde pour qui ces horreurs font partie du quotidien et qu'on oublie trop souvent. Je sais que mes paroles peuvent sembler bien niaises mais j'espère sincèrement que cette fois encore nous ne les laisserons pas gagner.


Nous ne devons pas les laisser gagner.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

articles plus récents articles plus anciens Accueil